Laissons-nous saisir

"Tu n'as pas besoin d'être différent pour que Jésus t'aime. Crois seulement que tu es précieux à ses yeux. Apporte toutes tes souffrances à ses pieds. Ouvre seulement ton coeur pour qu'il t'aime tel que tu es ; il fera le reste." Ste Mère Teresa (Üsküb, 1910 - Calcutta, 1997)

samedi 4 mai 2013

Un privilège ou une grâce ?

Petit aparté catéchétique dans ces temps de vacances scolaires en attendant de reprendre le chemin des écoliers dès lundi 6; voici un texte d'homélie donné à Saïx le 14 avril dernier, remarquable dans son incitation à suivre le Vivant !

Mais pourquoi donc ai-je intitulé cet article "Un privilège ou une grâce" ?

Parce que le 3 mai au soir, au cours d'un temps de prière avec la fraternité Charles de Foucault, à Labruguière, j'ai eu l'immense honneur et plaisir de revoir celui qui m'a donné énormément d'inspiration spirituelle : le Père JEAN CROS, temporairement de retour parmi nous, en attendant de repartir au Niger où il continue son sacerdoce.

A l'issue de notre temps de prière et du repas partagé avec tous les participants, il m'a remis une copie de l'homélie qu'il a donnée le 14 avril dernier à Saïx, et j'ai souhaité vous en faire part, c'est un texte qui nous touche et nous appelle à nous mobiliser pour continuer à suivre le Christ, notre Seigneur.

Homélie du Père Jean Cros (Evangile de Jean, 21,1-19)
3ème dimanche de Pâques, 14 avri1 2013, Sémalens-Saïx.

SUIS-MOI!
Dernier mot de notre évangile, dernier chapitre de Saint-Jean : les deux mots qui claquent comme un ordre de mission, un impératif catégorique avec point d'exclamation et même de suspension : Suis-moi ! ...
Nous répondons humblement : « Je veux te suivre jusqu’à la croix, viens me prendre par la main ».
C'est donc, l'appel de Pierre l'apôtre et même son second appel qui nous concerne tous, frères et sœurs baptisés, grands et petits.
Ils sont 7 disciples, chiffre parfait : c'est parfait! « Pierre leur dit: je m'en vais à la pêche. Ils lui répondent : nous allons avec toi. Ils partirent et montèrent dans la barque ». Tous embarqués, eux et nous disciples de Jésus, en ce printemps de Dieu « Soleil qui nous libère »; embarqués personnellement et ensemble, en famille, en Eglise-famille comme disent nos frères africains.
Le logo international de l'année de la foi nous le rappelle; celui-ci a été réalisé en toile batik par Aziz, croyant musulman ; l'Archevêque de Niamey a offert ce modèle aux douze paroisses du diocèse; je suis heureux de l'offrir au secteur de Saïx en signe de communion et de souvenir fraternel.
Mon nom est Jean. Après cette pêche miraculeuse, « le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : c'est le Seigneur! ». Voici un jeu de mots facile à retenir : « Je suis! dit le Seigneur; alors « toi suis moi ». Je suis le Vivant de Pâques, le Ressuscité; venez à moi vous tous maintenant. ..Suivez-moi !
Je pense ici à la centaine de nouveaux baptisés adultes et jeunes en la cathédrale de Niamey, à Pâques voici quinze jours déjà. Et aussi, ce même jour, je pense aux prisonniers entassés au bord du fleuve Niger, victimes de la guerre au Mali et de la pauvreté endémique : avec eux et l'Archevêque Michel, nous avons partagé l'espérance de la libération pascale. Tous ont besoin du soutien de votre prière fraternelle pour tenir la barre sur les flots de ce pays musulman à 99 %, pour 0,2% de chrétiens.
Je pense encore à Mgr Laurent, le nouvel Evêque auxiliaire de Niamey, un des derniers appelés de Benoît XVI, premier évêque nigérien sur les 5 prêtres autochtones que compte le Niger. Vous prierez aussi pour lui le 9 juin, jour de son ordination épiscopale au stade national de Niamey. Sa devise en dit long: « il y plus de joie à donner qu'à recevoir ».
Avec lui je pense enfin aux 7 grands séminaristes en formation au séminaire régional de Ouagadougou au Burkina Faso; ils étaient accueillis ce mardi à la table de l'archevêque, avec Willy, diacre natif de Niamey, qui sera ordonné prêtre à la rentrée prochaine.
Quant à moi, tout simplement, j'ai entendu l'appel à la mission universelle, et grâce à notre Eglise d'Albi, j'ai pu y répondre depuis 35 ans ; par intermittence, j’ai eu la joie et la peine de servir 14 ans dans ce pays d'extrême pauvreté et riche de cœur dans l'hospitalité. Pendant 4 ans notamment, j' ai servi au foyer Samuel pour la formation humaine et spirituelle des candidats à la prêtrise. Ce qui me rappelle ma propre vocation enfant, comme le petit Samuel de la Bible. Prêtre depuis 53 ans, j'entends aujourd'hui, avec Louis votre curé et mes frères prêtres du diocèse d’Albi, l'appel vibrant de notre nouveau pape François, le bien nommé. Ce Jeudi Saint, il disait avec force aux prêtres de Rome et à nous : j'appelle les prêtres à sortir d' eux-mêmes pour aller vers les périphéries de l'existence, là où se trouvent les pauvres, les prisonniers, les malades, ceux qui n'ont rien de rien - Dieu sait combien j' en connais! - Et le Pape ajoute joliment : Je désire des pasteurs pénétrés de l'odeur de leur brebis et pêcheurs d'hommes, au large, en eau profonde.
Aujourd'hui avec Saint Pierre j'ose dire : « Seigneur, toi qui sais tout, tu dois bien savoir que je t'aime». « Jésus dit alors : venez déjeuner; Jésus s'approche, prend le pain, le leur donne », et nous le donne en cette Eucharistie : Lui « l'Agneau immolé avec les vivants et les anciens » de l’Apocalypse; ancien, j'en suis ! Avec Pierre et Jean, tout joyeux moi aussi d'avoir pu annoncer le nom de Jésus, le Chef, le Sauveur des Actes des apôtres, l'Emmanuel dans notre histoire, le Frère universel.
Quant à vous frères et sœurs, quant à nous, « nous sommes ensemble les témoins de tout cela avec l'Esprit Saint » de Pentecôte au bout de ce temps. Mais sans attendre, je n'irai pas par quatre chemins : « les quatre vivants disaient Amen ».Et le Seigneur Jésus conclut : « toi suis moi » et « partage avec moi les richesses de ton cœur ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire