Laissons-nous saisir

"Tu n'as pas besoin d'être différent pour que Jésus t'aime. Crois seulement que tu es précieux à ses yeux. Apporte toutes tes souffrances à ses pieds. Ouvre seulement ton coeur pour qu'il t'aime tel que tu es ; il fera le reste." Ste Mère Teresa (Üsküb, 1910 - Calcutta, 1997)

jeudi 23 avril 2015

Tout savoir sur cette fameuse "année de la Vie Consacrée" dont il est beaucoup question

Vous en avez certainement entendu parler à plusieurs reprises : nous sommes entrées depuis le 30 novembre 2014 dans l'année de la Vie Consacrée ; souhaitée par le pape François, elle prendra fin le 2 février 2016 à l’occasion de la journée mondiale de la vie consacrée. Mais finalement, qu'est-ce donc que cette fameuse Vie Consacrée dont il est question ? La vie consacrée recoupe des réalités extrêmement diverses, héritage d’une histoire millénaire qui l’a vue s’adapter en permanence aux réalités du monde et de l’Église. Continuez la lecture de ce présent article pour en savoir plus ; ces textes sont empruntés à des articles parus sur les sites Croire.com et La-Croix.com...

Contrairement à une idée reçue, la vie consacrée ne se résume pas à la seule vie religieuse. Comme le rappelle le code de droit canonique, la vie consacrée est « la forme de vie stable par laquelle des fidèles (…) se donnent totalement à Dieu aimé par-dessus tout (…) pour la construction de l’Église et le salut du monde » afin de parvenir « à la perfection de la charité dans le service du Royaume de Dieu » (canon 573 § 1).



Quelles sont les différentes formes de la Vie Consacrée :

La vie religieuse :

  • Une grande part de la vie consacrée est constituée par la vie religieuse, religieux et religieuses se distinguant par « des vœux publics » et une vie fraternelle en commun (canon 607 § 2). La vie religieuse peut prendre elle-même différentes formes : monastique et contemplative (bénédictins, cisterciens, chartreux, carmélites…) ou apostolique (dominicains, jésuites, Frères des écoles chrétiennes, ursulines…).

Les sociétés de vie apostolique :

  • Assimilées aux instituts religieux, les sociétés de vie apostolique (Missions étrangères de Paris, communauté Saint-François-Xavier…) se distinguent par le fait que leurs membres, tout en menant une vie fraternelle en commun, n’émettent pas de vœux religieux (canon 731 § 1).

Les instituts séculiers :

  • Reconnus en 1947 par Pie XII, les instituts séculiers rassemblent des individus qui, sans vie commune, mènent leur vie « dans les conditions ordinaires du monde, seuls ou chacun dans sa famille, ou encore dans un groupe de vie fraternelle » (canon 714). Les membres d’un institut séculier peuvent être des prêtres diocésains (Institut du Prado…) ou des laïcs, hommes ou femmes (Jésus Caritas…) qui, vivant dans le monde, « tendent à la perfection de la charité et s’efforcent de contribuer surtout de l’intérieur à la sanctification du monde » (canon 710). Ils sont liés par des vœux ou une promesse.

Les Vierges Consacrées :

  • Les vierges consacrées représentent quant à elles une des plus anciennes formes de vie consacrée connues dans l’Église, citée dès les écrits de Paul et dans les Actes des Apôtres. Consacrées à Dieu par l’évêque diocésain, auquel elles sont liées, selon un rituel liturgique hérité de longue date, les vierges « épousent mystiquement le Christ Fils de Dieu et sont vouées au service de l’Église » (canon 604 § 1) et font partie de l’ordre des vierges.

Les Veuves Consacrées :

  • Y sont souvent assimilées les veuves consacrées, elles aussi connues dès les temps apostoliques, même si elles ne figurent pas comme telles dans le code de droit canonique – mais elles sont citées avec les vierges dans le code des canons des Églises orientales (canon 570). En 1984, Rome a approuvé un rituel spécifique de la consécration des veuves qui, selon les endroits, se rassemblent dans des instituts séculiers (Institut Sainte-Françoise-Romaine) ou des associations de fidèles (Fraternité Notre-Dame de la résurrection).

Les ermites :

  • L’Église reconnaît aussi les ermites qui « vouent leur vie à la louange de Dieu et au salut du monde dans un retrait plus strict du monde, dans le silence de la solitude, dans la prière assidue et la pénitence » (canon 603 § 1). L’ermite fait profession publique entre les mains de l’évêque, sous l’autorité duquel il mène sa vie érémitique.

Les communautés charismatiques :

  • Enfin, dans la foulée du concile Vatican II, de nouvelles formes de vie consacrée ont fait leur apparition, notamment au sein des communautés charismatiques qui comptent elles aussi leurs propres consacrés. Leurs statuts sont divers : s’ils sont souvent membres d’associations de fidèles (consacrés de la communauté de l’Emmanuel, consacrées de la communauté du Chemin-Neuf), une certaine normalisation est à l’œuvre aujourd’hui comme dans le cas de la communauté des Béatitudes. Celle-ci a adopté une nouvelle figure juridique, inédite dans le code de droit canonique mais validée par Rome : la famille ecclésiale de vie consacrée, à mi-chemin entre l’institut religieux et l’institut séculier, qui rassemble les deux branches de vie consacrée (frères et sœurs, qui font des vœux publics) et la branche laïque (couples et les célibataires consacrés qui ne prononcent pas de vœux).

Sites internet qui permettent d'en savoir encore plus sur l'année de la Vie Consacrée, avec des vidéos, etc. :

Le site de la Conférence nationale des Instituts Séculiers de France

Le site Ma Vocation

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire